Presse

Dossier de presse Printemps des poètes

  2013-Printemps dossier de presse 2013-Printemps dossier de presse     


Midi Libre 7 mars 2013

article ML PdesP 2013


L'Hérault du jour 4 mars 2013

Article Herault du jour PdesP 2013


Article sur la soirée Antonio Machado: http://tasvouluvoirlamer.midiblogs.com/archive/2012/11/10/des-traces-sur-la-mer.html

 

 

 


Revue de presse printemps des poètes 2012 :

 

L’Art Vues de février-mars 2012, p83 : Printemps des poètes 2012 (en photo : Jean Joubert)

Midi Libre, 15 février 2012 : Montpellier obtient le label « Ville en poésie » (en photo : la Maison de la poésie)

Montpellier Direct Plus, 16 février 2012 : Une Ville en poésie(  en photo : la Maison de la Poésie)

L’Hérault du Jour, 18 février 2012 « Les mots fleurissent et envahissent la ville », photo : Annie Estèves

Midi libre, 23 février 2012 : Ville en poésie : l’adjoint à la cuture est reçu par le ministre Frédéric Mitterrand »  (en photos : Philippe Saurel et Frédéric Mitterrand

                                       Régis Penalva, Annie Estèves, Jean-Pierre Siméon, Robin Renucci)

La Gazette n°1236, du 23 au 29 février :

                publication de 2 poèmes, Jean Joubert et Robert Lafont, et d’un dessin pour fêter le label

                Page Culture : Centenaire « mon ami Lawrence Durrel », par Frédéric Jacques Temple

                           Montpellier : tout un poème ( photo : Annie Estèves devant la Maison de la poésie)

Radio Campus , mercredi 29 février à 18h : Le Printemps des poètes à Montpellier

"Montpellier nore ville" de mars, article pages Culture "Un printemps créatif", avec photo de Jean-Pierre Siméon, et pages agenda, le 8 mars, annonce de la soirée organisée par Christian Malaplate, avec une photo de Marie-Agnès Salehzada.


Article de d'Hérault Du Jour est en ligne sur le blog de Jean-Marie Dinh, rubrique "poésie"

Artice d'Eric Delahaye dans le Midi Libre daté du 5 mars : Montpellier : 13e Printemps des poètes du 7 au 21 mars :ICI
Article de Jean-Marie Dinh dans l'Hérault du Jour daté du jeudi 13 janvier: "Quelques prévisions de veillées poétiques", interview d'Annie Estèves.


La Pucelle d'Orléans faite femme de chair (Anne Leray, l'Hérault du Jour, jeudi 2 décembre)

 la Jeanne de Delteil, plus humaine que sainte (Mireille Picard, Midi Libre, vendredi 3 décembre)
Édition du vendredi 3 décembre 2010

DR

Théâtre La Jeanne de Delteil, plus humaine que sainte


 

« Que vous disent vos voix ?   D'être gaie et hardie ! »

Jeanne d'Arc, telle que l'imagine Joseph Delteil dans son roman paru en 1925, n'a pas pour étendard l'austérité. Sa Jeanne aime la vie et croque dedans. Aussi, tandis que la native de Domrémy fut canonisée par le Vatican en 1920 (et plus tard récupérée par l'extrême droite), Delteil privilégie l'humaine et délaisse l'icône à travers ce qu'il nomme une   « biographie passionnée ». Jeanne, jeune fille de 18 ans qui   « vint au monde à cheval, sous un chou qui était un chêne », n'a rien à faire de la froideur d'une chronologie. C'est avec son cœur et ses tripes qu'elle raconte son parcours (l'enfance, Orléans, la prison, le bûcher), ses rêves et dévoile sa personnalité.

L'écrivain épicurien, éternel étonné de la beauté de la nature, déploie pour cela une langue toujours aussi charnelle, sensuelle et lyrique. À la fois très précise et abstraite, parsemée d'humour.   « Mon Dieu, je vous aime comme un morceau de viande, comme une mirabelle d'août », s'exclame Jeanne. On en redemande.

Le livre, pourtant récompensé par le prix Femina, fit scandale à sa sortie, notamment auprès des surréalistes, dont André Breton. Depuis, les mots du Grabellois ont été repris dans les théâtres. Christian Schiaretti, avait déjà mis en scène   La Jeanne de Delteil en 1995, à Reims, et, depuis, ne cesse de la tourner.

Le directeur du prestigieux théâtre de Villeurbanne remonte la pièce cette année. Conservant l'adaptation de Jean-Pierre Jourdain et offrant le rôle à une actrice plus jeune (Juliette Rizoud). Le dispositif scénique reste identique. Seule sur un plateau nu, la comédienne va emprunter les objets qui traînent dans tous les théâtres (cordes, projecteurs, balais…) pour nous entraîner dans son épopée.  

 
Mireille PICARD

On a vu: La Jeanne de Delteil, état de grâce et feu sacré (Mireille picard, Midi Libre, lundi 6 décembre)

Montpellier notre ville, n°351, mai 2010.

La Maison de la poésie est un nouveau lieu culturel, ouvert à tous les amoureux des mots. Pour retrouver le Rimbaud qui est en nous.

Rime, prose, scat ou slang ?

Non, les poètes n’ont pas disparu. À Montpellier, ils sont même très actifs.

Jusqu’à il y a quelques mois, ils s’adonnaient à leur passion, en nomades, faute de disposer de locaux. « C’était une maison de la poésie virtuelle», se plaît à dire son président, le poète Jean Joubert. Depuis mai dernier, cette Maison « sans toit » est entrée dans ses murs, au Moulin de l’Evêque. Un regain d’activités en découle, pour la quinzaine de poètes militants qui constituent son noyau dur. Dont Annie Estèves, sa directrice artistique : « On a maintenant un vrai lieu de travail, un service public de la culture, gratuit et ouvert au public ».

Créée en 2005, la maison de la poésie est membre de la fédération européenne des maisons de la poésie (Maipo). Ses actions de diffusion vont pouvoir prendre de l’ampleur avec ce nouveau local mis à sa disposition par la Ville. Lors des événements culturels, comme le Printemps des poètes ou la Comédie du Livre. Ou d’animations avec de jeunes compagnies montpelliéraines et des comédiens, impliqués dans la transmission de la poésie : Robin Renucci, Gabriel Monnet, Denis Lavant, Pierre Santini, Jacques Bonnaffé… Ou bien encore par le biais de lieux partenaires : théâtre Jean-Vilar, médiathèques, conservatoire d’art dramatique, salle Saint-Ravy, Maison des relations internationales.

C’est en son sein, que la Maison de la poésie va lancer désormais ses événements, à raison de deux par mois. Tous mouvements, tendances et formes de poésie confondus : de la prose à la rime, en passant par le scat, le rap ou le slang. Au programme : rencontres avec des poètes, lectures par des comédiens, spectacles de petites formes, mini festivals, soirées débats, ateliers d’écriture et de lecture, ouverts à tous. La Maison de la poésie se fera tour à tour lieu ressource, de travail, d’accueil, de diffusions, d’expérimentations, de rencontres et d’expositions.

Elle va aussi poursuivre son action phare, d’initiation à la poésie contemporaine et patrimoniale en direction des jeunes, notamment des élèves des écoles, des collèges et des lycées. « La poésie, explique Annie Estève, c’est la liberté de parole, la fantaisie. Les enfants ont un sens inné de la poésie, ils sont très créatifs. Notre mission est de faire qu’ils conservent cette prédisposition ». Une prédisposition que l’on peut retrouver à tout âge. Avis aux amateurs.

Permanences, les mardis et jeudis de 14h à 18h, à partir de 18h les jours de spectacle ou sur rendez-vous.

 

Infos et programme : Maison de la Poésie,

78 rue du Pirée, 04 67 87 59 92

www.maison-de-la-poesie-languedoc-roussillon.over-blog.com/

 

Photo : Des rencontres, lectures, spectacles et ateliers tous les mois.

 


  L'hérault du jour de ce lundi 20 septembre.
Bel article d'Anne Leray sur la maison de la poésie.
Une photo de la soirée du 15,  de David Maugendre.

Midi Libre du 16 septembre 2010: "La Maison de la Poésie fait la fête des mots" de Mireille Picard

Direct Montpellier du 15 septembre 2010: "La Maison de la Poésie ouvre ce soir. Mignonne allons voir si la rose..."  de M.S


Montpellier notre ville n°347, juin 2010 p.40 "Le retour des troubadours", interview croisée de Jean Joubert et Annie Estèves


L'Hérault du jour du jeudi 27 mai 2010: article d'Anne Leray " La Maison de la poésie a désormais un toit".
 .

Midi Loisirs du vendredi 12 mars annonce en couverture  "La poésie au pouvoir", avec une photo de Serge Pey, et p4 ,se trouve l'interview de Serge Pey:  "Les bâtons de Serge Pey disent les mots de la terre".



Le jeudi 11 mars, le quotidien l'Hérault du jour annonce le Printemps des poètes en couverture, et consacre une page aux actions de la Maison de la poésie, avec une interview d'Annie Estèves par Catherine Vintrignier, et une interview d'Anne-Marie Jeanjean par Anne Leray. Titre de la page: Fréquentes giboulées de langage poétique ( p4).


Le Magazine "Harmonie"
(le magazine d'information de Montpellier-agglomération) du mois de mars (n°27) désigne Annie Estèves "femme du mois" et annonce le programme Printemps des poètes de la Maison de la poésie dans le réseau des médiathèques.


Dans l'Hérault du jour du jeudi 21 janvier a paru un article d'Anne Leray sur la soirée "Décale-moi l'horaire" avec André Velter et Jean Schwarz : "Bon comme un Velter original".
Cliquez
ici



L'article d'Anne Leray dans l'Hérault du jour du vendredi 15 janvier : "On est plus nu avec sa voix que sans vêtements", interview d'André Velter pour l'annonce du spectacle "Décale-moi l'horaire" le 22 janvier au TJVilar.


Dans le magazine culturel chicxulub n°23, l'article d'Anne Leray "le ciel infini d'Annie estève" . Il
est en ligne ici page 23





Dans Harmonie (le magazine d'information de Montpellier Agglomération) n°265, a paru un article sur Jean Joubert:
Jean Joubert, la poésie ouverte d'un homme de coeur.



Retrouvez l'article de Serge Viudez sur la soirée du 9 octobre Philipponnatpolyphoné.