Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

BAUDELAIRE le 17 janvier

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

BAUDELAIRE le 17 janvier

Mardi 17 janvier – 19h 

Maison de la Poésie Jean JOUBERT

Moulin de l’Evêque – 78 avenue du Pirée – Montpellier

La chambre du poète

Lecture-Concert

Textes de Charles Baudelaire

Récitante : Gisèle PIERRA

Création musicale et improvisations au piano : Gilles SIOUFFI

Le poète est seul dans sa chambre, entre ennui, tentations d’ivresse ou de drogues, souvenirs, hallucinations, rêveries, désirs d’ailleurs. « N’importe où hors du monde ! ». Ce récital est conçu à partir de textes des Fleurs du mal et du Spleen de Paris.

Gisèle Pierra et Gilles Siouffi travaillent depuis 2001 à inventer un rapport singulier entre la sensibilité de la diction des textes et celle de l’invention musicale dans l’instant de la rencontre avec le public. Cette démarche a déjà donné jour à différents concerts-lectures publics autour de poètes tels que : Rimbaud, Michaux, Mallarmé, Franco Loi (Traductions françaises de Franc Ducros et Bernard Vargaftig), André du Bouchet…Un CD : Illuminations d’Arthur Rimbaud a été produit en 2005.

 

Partager cet article

Repost 0

10 janvier: soirée des adhérents de la Maison de la Poésie Jean JOUBERT

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Danièle Faugeras présente la collection PoetPsy en 2014 à la Maison de la poésieDanièle Faugeras présente la collection PoetPsy en 2014 à la Maison de la poésie

Danièle Faugeras présente la collection PoetPsy en 2014 à la Maison de la poésie

Mardi 10 janvier - 19h

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l'Evêque

78 avenue du Pirée - Montpellier

 

Bienvenue à la soirée des adhérents ouverte à tous!

Les éditeurs et poètes membres de l'association vous présentent leur actualité de publication.

Bonne année à tous!

Danièle Faugeras (collection PoetPsy) présente Entre les dents une œuvre de jeunesse du grand poète argentin Rodolfo Alonso, qu'elle vient de publier dans une traduction de Jacques Ancet.

Michel Eckard Elial, en tant qu'éditeur, parle du Baiser de la poésie de Ronny Someck et Yehuda Amichaï, récemment paru aux éditions Levant.

Christian Malaplate lit des extraits de ses deux derniers recueils Les corolles du temps et Feuilles de route sur la chevelure des vagues

Jean- Louis Kerangueven lit des extraits de sa dernière publication, Le silence échardé éditions Encres Vives

 

Rodolfo ALONSO

Entre dientes / Entre les dents

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Jacques Ancet. Édition bilingue.

Dessins de Sylvie Deparis.

PO&PSY princeps -

Aujourd’hui l’une des plus grandes voix poétiques de l’Amérique latine, Rodolfo Alonso publia son premier recueil, Entre dientes, en 1958, à guère plus de 20 ans.

Ce titre est en soi la judicieuse définition d’une esthétique. Entre les dents, on ne peut dire que très peu de mots : les dents sont un filtre qui, en même temps qu’il fait obstacle à la discutable fluidité du discours courant, contribue en mots comptés à l’essence même du discours.

Traducteur, essayiste, critique et, avant tout et surtout, poète, Rodolfo Alonso a publié plus de trente livres de poésie, édités dans de nombreux pays. Premier traducteur en espagnol de Fernando Pessoa et de Paul Celan, il a traduit, dans le domaine français : Éluard, Prévert, Apollinaire, Artaud, Baudelaire, Valéry, Mallarmé, Breton, Schehadé, Char, Saint-Pol-Roux, Duras.

 

Dans Le baiser de la poésie, 24 poèmes d’amour de Yehuda Amichaï (1924-2000) et de Ronny Someck (1951) sont réunis par leur traducteur français, Michel Eckhard Elial. Un choix qui établit, dans la rencontre de deux générations de la poésie israélienne contemporaine, la présence d’une filiation poétique et sa célébration de l’amour : amour du proche, qui est aussi l’amour du monde. Cette livraison constitue un numéro hors série de la Revue Levant

 

Jean-Louis KERANGUEVEN, poète d'arbres et d'iode, vient de publier

chez Encres Vives (2 Allée des Allobroges 31770 Colomiers) « Le silence

échardé », recueil de poèmes indignés qui fait suite au recueil « Carré

d'orties »précédemment publié chez le même éditeur.

Michel Eckhard Elial, Jean-Louis Kerangueven, Christian MalaplateMichel Eckhard Elial, Jean-Louis Kerangueven, Christian MalaplateMichel Eckhard Elial, Jean-Louis Kerangueven, Christian Malaplate

Michel Eckhard Elial, Jean-Louis Kerangueven, Christian Malaplate

10 janvier: soirée des adhérents de la Maison de la Poésie Jean JOUBERT
10 janvier: soirée des adhérents de la Maison de la Poésie Jean JOUBERT
10 janvier: soirée des adhérents de la Maison de la Poésie Jean JOUBERT

Partager cet article

Repost 0

2017 en poésie

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Jacques Bonnaffé le 28 novembre 2016 à la Maison de la poésie Jean JoubertJacques Bonnaffé le 28 novembre 2016 à la Maison de la poésie Jean Joubert

Jacques Bonnaffé le 28 novembre 2016 à la Maison de la poésie Jean Joubert

2017 commence en fanfare...

La Maison de la Poésie Jean Joubert vous souhaite une très belle année en poésie!

Merci à tous les poètes et artistes qui ont marqué l'année poétique 2016 à Montpellier

 

Venez nous retrouver

 

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque – 78 avenue du Pirée

Montpellier

 

 

Calendrier de janvier 2017

 

Mercredi 4 janvier -14h30 /18h

Accueil –permanence

Avec Marie-Agnès Salehzada

 

Samedi 7 janvier – 16h

Atelier d’écriture avec Patricio Sanchez

 

Mardi 10 janvier- 19h

Soirée des adhérents (ouverte à tous)

Actualité de parution des adhérents auteurs et éditeurs

Avant-programme du Printemps des poètes

 

Mardi 17 janvier – 19h

La Chambre du poète

Lecture-concert

Sur des textes de Charles BAUDELAIRE

Récitante : Gisèle PIERRA

Création musicale et improvisations au piano : Gilles SIOUFFI

 

Mercredi 25 janvier – 19h

Rencontre avec Caroline SAGOT -DUVAUROUX

En partenariat avec les Editions Méridianes

Présentation : Pierre Manuel

 

Partager cet article

Repost 0

Calendrier de janvier

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Calendrier de janvier

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque – 78 avenue du Pirée

Montpellier

 

Calendrier de janvier 2017

 

Mercredi 4 janvier -14h30 /18h

Accueil –permanence

Avec Marie-Agnès Salehzada

 

Samedi 7 janvier – 16h

Atelier d’écriture avec Patricio Sanchez

 

Mardi 10 janvier- 19h

Soirée des adhérents (ouverte à tous)

Actualité de parution des adhérents auteurs et éditeurs

Avant-programme du Printemps des poètes

 

Mardi 17 janvier – 19h

La Chambre du poète

Lecture-concert

Sur des textes de Charles BAUDELAIRE

Récitante : Gisèle PIERRA

Création musicale et improvisations au piano : Gilles SIOUFFI

 

Mercredi 25 janvier – 19h

Rencontre avec Caroline SAGOT -DUVAUROUX

En partenariat avec les Editions Méridianes

Présentation : Pierre Manuel

 

 

Partager cet article

Repost 0

A bientôt James Noël...

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...
A bientôt James Noël...

Trois rencontres marquantes avec le poète haïtien James Noël.

Un partenariat fructueux entre l'Université Paul Valéry, la Maison de la poésie Jean Joubert et la Boutique d'écriture.

Merci à Marie Joqueviel-Bourjea!

Au plaisir de retrouver bientôt James Noël, poète et "passeur de culture".

 

Partager cet article

Repost 0

James NOEL , 13 et 14 décembre

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

James NOEL , 13 et 14 décembre

Trois rencontres avec le poète James Noël

à l’invitation de

L’Université Paul-Valéry / La Maison de la Poésie Jean Joubert / La Boutique d’écriture & Co

Toutes ces rencontres sont gratuites et ouvertes à tous.

 

Mardi 13 décembre, 19h : Maison de la Poésie Jean Joubert

78 avenue du Pirée / 34000 Montpellier / 04 67 73 68 50

Présentation de l’œuvre poétique de James Noël et de sa dernière publication, La Migration des murs (2016), de son Anthologie de poésie haïtienne parue en 2015, mais aussi de ses activités liées à la revue IntranQu’îllités.

James Noël lira ses textes et s’entretiendra avec Marie Joqueviel-Bourjea.

 

 Mercredi 14 décembre, 16h-18h : Site universitaire Saint-Charles de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Rue du Professeur Henri Serre / 34080 Montpellier / 04 11 75 70 10

James Noël s’entretiendra avec Marie Joqueviel-Bourjea à propos de son œuvre poétique, de ses travaux d’écriture en cours, mais aussi de ses nombreuses activités de « passeur de culture », et échangera avec le public présent.

 

 Mercredi 14 décembre, 20h-21h30 : Boutique d’écriture & Co.

76 rue du faubourg Figuerolles / 34070 Montpellier / 04 67 02 17 41

James Noël présentera la revue IntranQu’îllités et sa structure d’accueil d’artistes et d’écrivains en résidence, Passagers des vents.

 

*

 

James Noël est né à Hinche (Haïti) en 1978. Poète prolifique, il écrit dans deux langues : « Le créole pour la main gauche, le français pour la main droite ». Son premier recueil de poèmes, Poèmes à double tranchant (Seul le baiser pour muselière), publié en 2005, est ainsi présenté par le poète Frankétienne : « un recueil de poésie à double tranchant, esthétique et idéologique, à résonance individuelle et collective… Entrez dans l’univers fabuleux du poète, vous en sortirez ébloui, transfiguré ! »

 

En 2006, il publie Le Sang visible du vitrier, qui reçoit une mention spéciale d’excellence au Grand prix des Amériques Francophones à Montréal en 2007, ainsi que le Prix Fèt Kann en 2008.

Considéré comme la révélation de l’anthologie L’Année poétique 2008 (Éditions Seghers), James publie régulièrement, chez des éditeurs haïtiens, québécois, français, des livres marqués par le sceau d’une grande originalité : Kabon 47 (2009), Bon Nouvel (2009), Quelques poèmes et des poussières (2009), La Fleur de Guernica, Des poings chauffés à blanc (2010), Kana Sutra (2011), Le Pyromane adolescent (2013), Cheval de feu (2014), La Migration des murs (2012/2016). Ses publications lui valent de nombreuses distinctions, et il est pensionnaire de la Villa Médicis en 2012. En 2015, il est le dernier invité de Sophie Nauleau à l’émission « Ça rime à quoi ? » de France Culture.

Le Pyromane adolescent et Le Sang visible du vitrier sont repris en poche, dans la collection « Points » des éditions Seuil (novembre 2015) , alors que le poète fait paraître simultanément chez le même éditeur une Anthologie de poésie haïtienne contemporaine qui rassemble pas moins de 73 poètes haïtiens vivants. En octobre 2016, paraît La Migration des murs aux éditions Galaade, pamphlet poétique et philosophique dont une première mouture a vu le jour à Rome  à la Villa Médicis en 2013 ; il y invite chacun de nous à faire table rase de tous les murs qui font ruines de notre monde :

 

Un dé jeté ne saura abolir un tout petit pan de mur  Sous prétexte de sécurité, les murs essaient de tenir tête à la tremblante vie  Les murs résistent au jeu, à la musique, à la danse  Les murs résistent à la danse de peur d’être chavirés

 

Fondateur de la résidence Passagers des Vents, avec Pascale Monnin, il est également le maître d’œuvre d’IntranQu ’îllités, « une revue de première grandeur », selon les mots de Dany Laferrière, délibérément conçue « pour contrarier les certitudes et les idées reçues, et ainsi donner libre cours à tous les vents et les tremblements de l’esprit ». Lancée au festival Étonnants Voyageurs, cette revue incomparable, « de haute tension créatrice avec des pages qui vibrent et évoluent dans l’union libre des genres »,  en est à son 4ème numéro (2016).

Homme aux identités multiples, James Noël a également participé à différents tournages de films, comme Stone in the Sun, Une lampe au fond des mers (adaptation d’un de ses poèmes pour la promotion de la langue française en Chine), Haïti mon amour, ou encore Cheval de feu (film documentaire).

Il possède aussi la casquette de directeur d’acteurs, pour organiser régulièrement des spectacles, tels Vaudou Roma, joué à Rome, La Migration des murs, Rêveur à gages (2012, en clôture du festival Étonnants voyageurs), Le Pouvoir des mondes (mars 2016) ou encore Les Coussins de l’imaginaire (juillet 2016).

Ses textes sont lus et mis en musique par des chanteurs de renom, comme James Germain, Wooly Saint-Louis Jean ou encore Arthur H.

 

 

 

 

James NOEL , 13 et 14 décembre
James NOEL , 13 et 14 décembre
James NOEL , 13 et 14 décembre
James NOEL , 13 et 14 décembre
James NOEL , 13 et 14 décembre
James NOEL , 13 et 14 décembre

Partager cet article

Repost 0

Rencontre avec Jean-Marie de Crozals le 9 décembre

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Rencontre avec Jean-Marie de Crozals le 9 décembre
Rencontre avec Jean-Marie de Crozals le 9 décembre

Vendredi 9 décembre – 19h

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque- 78, avenue du Pirée- Montpellier

 

Rencontre avec  Jean-Marie de CROZALS

Poète, passeur de poèmes, Jean-Marie de Crozals présente ses différentes activités dans le domaine de la poésie et donne un récital de ses œuvres, accompagné par la violoncelliste Claire Menguy

En présence de l’éditeur Jean-Charles Domens, chez qui Jean-Marie de Crozals vient de publier Louange de l’Arn.

 

Jean-Marie de Crozals est né à Béziers en 1949. Ses premiers poèmes datent de 1966.

Poète, lecteur et passeur de poèmes, animateur d’atelier d’écriture à « La Voix du poème » à Pézenas et à Narbonne , la devise de son blason poétique est « fidélité à l’éclair ».Retiré en pleine nature à l’extrême nord de l’Hérault, il va son chemin en poésie et suit sa voie en partageant avec ses amis lecteurs et musiciens des lectures à voix haute.

Directeur artistique du Festival de Poésie de Valleraugue de 2001 à 2011

Directeur artistique du Festival de Poésie courtoise des Salces de 2011 à 2013

Animateur et co-créateur du « Quai de la voix » à Lodève de 2012 à 2014

Directeur artistique du Festival de Poésie Sauvage de la Salvetat sur Agoût 2014-2015- 2016 -2017

Animateur et fondateur de l’association « La voix du poème »

Créateur et animateur d’un cycle Poésie/Peinture et de lectures au Soleil Bleu à Lodève de 2010 à 2015

Lecteur de poésie à Radio Pays d’Hérault 2010-2012

Partager cet article

Repost 0

Bienvenue aux éditions Jorn le 2 décembre

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Jean-Claude Forêt, Jean-Paul CreissacJean-Claude Forêt, Jean-Paul Creissac

Jean-Claude Forêt, Jean-Paul Creissac

Bienvenue aux Editions JORN

Vendredi 2 décembre – 19h

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque- 78, avenue du Pirée- Montpellier

 

Présentation : Jean-Claude Forêt et Jean-Paul Creissac, cofondateurs des éditions JORN

Lectures en occitan et en français par les poètes Sylvan Chabaud, Jean-Marie Petit, Jean-Frédéric Brun

Jean-Claude Forêt est universitaire, écrivain et poète occitan.

Jean-Paul Creissac est poète occitan et vigneron.

 

Les éditions Jorn publient depuis 1981 les œuvres poétiques occitanes les plus contemporaines aussi bien que les grands poètes du XXème siècle, en privilégiant les éditions bilingues,.

Association fondée en 1981, JORN a commencé par publier, jusqu'en 1986, une revue dont les quatorze numéros ont largement contribué au renouveau de l’écriture littéraire en occitan.

Parallèlement, et jusqu'en 1995, JORN, en co-édition avec les éditions Fédérop, va éditer une première série d'ouvrages aujourd'hui épuisés (Philippe Gardy, Bernard Manciet, Max Rouquette).

En 1995, Jean-Paul Creissac, Jean-Claude Forêt et Philippe Gardy, prennent la suite de Roselyne Roche à la direction des éditions JORN. Dans la continuité du projet initial, ils vont continuer à publier les plus grands noms de la poésie occitane  contemporaine : Max Rouquette, Robert Lafont, Bernard Manciet, Bernard Lesfargues, tout en défrichant de nouveaux territoires et en diffusant de nouvelles voix et des talents méconnus.

 

 

Mise à l'écart du système littéraire français, la littérature occitane d'aujourd'hui est pourtant l'une des plus riches parmi les littératures en langues minorées d'Europe. Héritiers d'une longue et prestigieuse tradition qui remonte au Moyen-Âge des troubadours en passant par le prix Nobel de Frédéric Mistral, certains poètes occitans ont marqué la création littéraire du XXe siècle par des œuvres fortes et originales, à la portée universelle.

Aujourd'hui, une nouvelle génération d'écrivains continue à témoigner du dynamisme et de la modernité d'une poésie qui n'a cessé de se renouveler depuis bientôt mille ans, sans solution de continuité, ouverte aux influences les plus récentes comme à l'exemple des grands anciens.

Jorn a fait le choix de l'édition bilingue, du panoccitanisme et d'une présentation sobrement élégante. Ses éditions essaient de rendre compte de la richesse et de la diversité poétique d'un immense ensemble linguistique qui s'étend des Alpes italiennes (Claudio Salvagno) ou maritimes (Joan-Luc Sauvaigo) jusqu'à l'océan (Bernard Manciet, Alain Viaut). Jorn tente ainsi d'affirmer, au-delà des modes et dans un souci d'exigence, l'universalité novatrice de l'écriture occitane contemporaine.

 

Jean-Claude Forêt

 

 

 

Sylvan Chabaud

 Né dans le Var, Sylvan Chabaud tient l’occitan à la fois d’un père militant occitaniste et d’un grand-père dont c’était la langue maternelle. Mais c’est au contact de la musique de Massilia Sound System qu’il adopte cette langue comme une des siennes.
Connu sous le pseudo de « Chab » au sein de Mauresca Fracàs Dub ou Mauresca (un groupe de ragga en occitan dont il est le chanteur et le compositeur), Sylvan Chabaud écrit, depuis les années de lycée, des poèmes et des chansons.
Ses études d’occitan à l’Université Paul Valéry de Montpellier ont été couronnées par une thèse sur le poète provençal Bellaud de la Bellaudière (XVIe siècle).
Il se consacre pleinement à la musique, à l’écriture et à la création actuelle en langue d’oc. Son premier recueil de poésie, Leis illas infinidas / Les îles infinies, a été publié en 2012 aux éditions Jorn

 

Joan-Frederic BRUN

Peter Mepa / 20 février 2015 / Auteurs, XX℮-XXI℮ siècles Guilhem Ader, Ismaël Girard, Max Rouquette, Joan Ganhaire, les lettres occitanes comptent quelques écrivains qui ont mené double vie, une en médecine, l’autre en littérature. Le diabétologue Jean-Frederic Brun, né à Montpellier en 1956, est de ceux-là. Il y ajoute une passion pour la spéléologie et la bouvine. Toutes ces activités répondent pourtant à une quête unique, l’exploration des territoires fantasmés de l’enfance. L’amour physique, viscéral, qu’il éprouve pour son pays d’avens, de serres et d’étangs, s’accomplit dans des pratiques sociales ou sportives ritualisées, mais aussi par la descente dans la double verticalité de l’histoire (ou de la légende) et de la langue. De là sa fascination pour les dires des anciens, les traditions camarguaises du « buòu » et du cheval, les récits de fées, le mystère des lieux et de leurs noms, le mot précis et riche, porteur d’usage et de mémoire. La langue sert de médiatrice entre ces traditions culturelles et une nature solaire décrite avec sensualité et même érotisme.

Joan-Frederic Brun inscrit son écriture dans la continuité d’une littérature montpelliéraine qui va de Raimbaud d’Orange à Max Rouquette en passant par le Petit Thalamus, Isaac Despuèg, Francés Deleuse e l’abbé Fabre.    

Joan-Maria PETIT

Ludivine Fabre / 20 février 2015 / Auteurs, XX℮-XXI℮ siècles Jean-Marie Petit est né dans une famille de vignerons près de Capestang, en plein cœur du vignoble languedocien. Vignerons atypiques, comme il le souligne lui-même, puisque son père était pilote dans l’Aéropostale avant de revenir à la terre et qu’il se plaisait à faire pousser des fleurs au milieu de ses vignes. Cette famille radicale socialiste ne le prédisposait pas à la découverte de la foi chrétienne, qui devait marquer toute sa vie depuis son adolescence. Il entre à l’École Normale en 1959, puis à la Faculté des Lettres de Montpellier : licence de Lettres Modernes, puis deux ans d’enseignement dans le secondaire, après quoi il retourne à la Faculté, comme enseignant cette fois. Son domaine de prédilection est l’oralité occitane sous toutes ses formes : dialectologie (il participe à l’Atlas Linguistique du Languedoc), ethnographie (il enquête dans le Biterrois), lexicographie. Il s’intéresse notamment aux formes brèves comme les proverbes et dictons, qui ne sont pas sans rapport avec sa propre poésie.

 

 

 

Sylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie PetitSylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie PetitSylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie Petit

Sylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie Petit

Partager cet article

Repost 0

Il y a un an...JEAN

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Jean Joubert dans l'atelier de Robert Lobet, 2012

Jean Joubert dans l'atelier de Robert Lobet, 2012

Il y a un an, le 28 novembre 2015, disparaissait Jean JOUBERT.

Poète, écrivain, auteur pour la jeunesse, cofondateur et Président de la Maison de la Poésie qui porte aujourd'hui son nom.

Poète de renom, il a été un infatigable militant de la démocratisation de la poésie, fier d'avoir obtenu qu'elle ait une place dans la cité. Il tenait à ce que ce lieu "Maison de la poésie" soit un lieu, disait-il, "d'amitié, de fraternité", un lieu "de partage et d'écoute".

Durant l'année 2016, les hommages se sont succédé, montrant l'ampleur de la popularité de Jean Joubert.

En souvenir de Jean JOUBERT, ce lundi 28 novembre l'émission Traces de Lumière de Christian Malaplate sur Radio FM+  a pour thème :

Jean JOUBERT:  Longtemps j'ai courtisé la nuit -

L'émission sera rediffusée mardi 29 novembre 2016 de 17h à 18h

La Ville de Montpellier a entièrement rénové le lieu qui porte son nom, et le portera bientôt sur le fronton.

Continuons de lire Jean Joubert. Merci à l'éditeur Bruno Doucey d'avoir publié en un seul recueil, "Longtemps j'ai courtisé la nuit", les premiers poèmes de Jean publiés chez Seghers , "Les lignes de la main", et les poèmes inédits collectés par ses amis, nous invitant ainsi à reparcourir une vie d'écriture et de réflexion.

Et poursuivons le travail, comme il le souhaitait.

Longtemps j'ai courtisé la nuit

et, veilleur solitaire,

j'écrivais sous une lampe basse

d'une encre toujours noire....

Jean Joubert, Le cavalier bleu,  Longtemps j'ai courtisé la nuit, éditions Bruno Doucey, 2016

 

Il y a un an...JEAN

Partager cet article

Repost 0

VROUZ le 28 novembre Jacques Bonnaffé / Valérie Rouzeau

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

VROUZ le 28 novembre Jacques Bonnaffé / Valérie RouzeauVROUZ le 28 novembre Jacques Bonnaffé / Valérie Rouzeau

VROUZ, de Valérie ROUZEAU

Lecture performance par Valérie Rouzeau et Jacques Bonnaffé

 

Lundi 28 novembre – 19h

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque

78, avenue du Pirée - Montpellier

 

Duo de choc, lundi 28 novembre ! C’est un drôle de jour pour venir mais ne le ratez pas, surtout ! 

NE RATEZ PAS Vrouz et Paffff… Rouzeau Bonnaff’ dans les poésies. Jacques et Valérie, oui !

 

Il ne sait pas s’il faut la dire ou chanter, elle ne sait pas s’il faut rire ou pleurer, 

elle voudrait murmurer et garder les secrets qu’elle écrit tout haut, il est son porte-voix nuancé  

Avec elle, attention, pas de déclamation, pas de récitation. Il retient son souffle, il pourrait exploser !

On vient de lui décerner le prix Raymond Devos de la langue française, alors vous parlez s’il ballonne !

Elle a eu le grand prix Apollinaire pour Vrouz …..et vous voudriez rater ça un lundi ? Jamais !!

 

Jacques Bonnaffé

Valérie Rouzeau, Prix Apollinaire 2012, et Jacques Bonnaffé, Prix Raymond Devos de la langue française, échangent et jouent sur les poésies de Valérie.

 

VROUZ, de Valérie ROUZEAU

C’est Jacques Bonnaffé, le complice, qui a trouvé le titre de ce  livre de Valérie Rouzeau: une audacieuse réduction prénom-nom, en une onomatopée évocatoire : V…ROUZ…

 

Pourquoi on aime retrouver les poésies de Rouzeau Valérie ? Parce qu’elles reviennent comme des airs bien roulés, et parce qu’on n’avait pas fini d’y trouver cet inattendu qu’on attendait, parce qu’une phrase s’était accrochée à la mémoire, laquelle déjà ? 

Parce que c’est embarrassant les sentiments, mais qu’on n’a jamais su s’en débarrasser, alors continuons.

Parce qu’elle nous invite à faire notre jeu de construction des sons qu’elle met en magicienne,

parce qu’en lui se réveille l’âme des chanteurs et des vieux poètes, parce qu’elle parle du monde maintenant, jamais du monde ancien soupirant, elle voit le monde elle le parle, il y a des camions, il y a des arbres, il a des supermarchés et des tongs en soldes, des mangues du Brésil, il y a des enfants des petits Lus authentiques, des cartes bleues méchantes, des voisins des araignées des trottoirs et des docteurs, la vie juste parce qu’avec elle c’est en train de s’écrire, on sent l’instant même où la belle idée s’est invitée, et puis ça crépite d’intelligence, intelligence avec l’amicette connexion des mots, comme un serpent domino, elle est très forte mais reste fragile, Rouzeau. 

Valérie de l’éclosion, comme on dirait de la première pluie.

 

 

Jacques Bonnaffé

 

Je vous visiterai mes amis inconnus
Au sol dans les nuages je ne vous louperai
Aussi sûr que j'aurai dans ma chaussure
Un petit gravillon pour m'agacer le pied
Une plume collée sous ma semelle aussi
Un mégot antérieur long rêve de fumée
Ou crottin de cheval herbe mal essuyée
Réminiscence douce et dormante douce
Mes amis inconnus je m'assoirai dessus
Votre seul coeur de marbre
Dur et pur comme un chêne
J'ôterai de mon soulier le caillou blanc
Et je vous chanterai une chanson mince
A l'intérieur tout noir de moi.
 
Valérie Rouzeau, VROUZ, La table ronde
 

 

Valérie Rouzeau, née en 1967, vit en poésie : elle en écrit, elle en traduit ("La Traversée" de Sylvia Plath, Poésie/Gallimard, 1999 ; Le Printemps et le reste" et "Je voudrais écrire un poème" de Williams Carlos Williams ou encore Emily Dickinson), elle en lit à voix haute (lectures publiques), elle l'anime (ateliers d'écriture en milieu scolaire). Elle est l’ auteur de quelques 25 recueils de poésie et de plusieurs chansons pour le groupe Indochine.

Son ouvrage  Pas revoir (le Dé Bleu, 1999) a obtenu un grand succès. (4 rééditions)

Vrouz (La table ronde) a reçu le Prix Apollinaire 2012.

Jacques BONNAFFE

Comédien à part entière, engagé par ses choix au cinéma et sa relation aux auteurs, dans ses rencontres avec les metteurs en scène. Il étend sa pratique artistique à des domaines multiples, lectures ou concerts parlés, mise en scène, enregistrements mémorables, performances ou banquets littéraires, accordant à la poésie vivante, qu’elle soit dialectale ou savante, une part privilégiée.

Il s’est singularisé dans la poésie oratoire, avec entre autres performances durables L’Oral et Hardi, sur des textes de Jean-Pierre Verheggen, performance que l’on a pu voir à Montpellier en 2010 (codiffusion Maison de la Poésie/ Théâtre Jean Vilar, Molière 2010).

 Depuis septembre 2015, il anime et produit pour France Culture Jacques Bonnaffé lit la poésie, émission quotidienne de 4 minutes.

 

Outre pour L’Oral et Hardi, Jacques Bonnaffé a été invité par la Maison de la Poésie lors de la Comédie du livre 2006 pour une mise en voix et en espace des Sermons joyeux de Jean–Pierre Siméon.

Une rencontre avec le public, animée par Hervé Pons, auteur de « Jacques Bonnaffé, pitre et poète » (éditions de l’Attribut), a eu lieu à cette occasion.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>