Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

7 mars POESIS Soirée inaugurale du Printemps

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Frédéric Brun  (photo Richard Gonzalez)

Frédéric Brun (photo Richard Gonzalez)

La poésie est le réel véritablement absolu.C'est le noyau de ma philosophie.Plus c'est poétique, plus c'est vrai.

Novalis

En poète, l'homme habite sur cette terre...

Hölderlin

7 mars POESIS Soirée inaugurale du Printemps7 mars POESIS Soirée inaugurale du Printemps7 mars POESIS Soirée inaugurale du Printemps

Après l'hommage à Jean Joubert le 5 mars, les rencontres du Printemps des Poètes à Montpellier s'ouvrent avec les Editions POESIS, fondées en 2015 par Frédéric BRUN.

Lundi 7 mars - 19h

Maison de la Poésie

Moulin de l'Evêque

78 avenue du Pirée - Montpellier

Les éditions Poesis se consacrent à la relation poétique avec le monde. Le terme latin poesis, qui provient du grec poiêsis, exprime notre désir de nous tourner vers les origines de la poésie, bien au-delà des mots et de tout genre littéraire.

Frédéric Brun présente la maison d'édition, les valeurs et les auteurs qui la fondent, et la nouvelle parution de mars 2016: Habiter poétiquement le monde, anthologie-manifeste.

Entretien conduit par Philippe Marty, professeur de littérature comparée à l'Université Paul Valéry - Montpellier III.

Novalis et l’âme poétique du monde de Frédéric Brun et Poésie, réel absolu,florilège de fragments de Novalis, traduits par Laurent Margantin, ont été les deux premières publications de Poesis.

Habiter poétiquement le monde, anthologie-manifeste (parution mars 2016)

POESIS réunit dans une anthologie-manifeste plus de cent auteurs qui rappellent la nécessité d’« Habiter poétiquement le monde » (Hölderlin).Cette anthologie est le manifeste des éditions Poesis : elle propose une éthique essentielle pour habiter le monde poétiquement,humainement et écologiquement, aujourd’hui plus que jamais.

Lectures à voix multiples: Frédéric Brun, Philippe Marty, Gisèle Pierra, Chrystelle Rinaldi

7 mars POESIS Soirée inaugurale du Printemps

Consultez le DOSSIER de Presse du Printemps des poètes 2016 dans les pages ci-contre

Partager cet article

Repost 0

Lancement du Printemps images

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Lancement du Printemps imagesLancement du Printemps images
Lancement du Printemps imagesLancement du Printemps imagesLancement du Printemps images
Lancement du Printemps imagesLancement du Printemps images

Quelques images de l'hommage à Jean Joubert qui ouvrait à Montpellier le Printemps des Poètes.

Affluence dans l'auditorium de la médiathèque centrale Emile Zola.

Merci à tous les participants pour ce grand moment d'émotion.

Rendez-vous lundi 7 mars à 19h à la Maison de la poésie pour la soirée inaugurale avec les Editions POESIS.

Calendrier du Printemps des poètes à Montpellier

Calendrier du Printemps des poètes à Montpellier

Partager cet article

Repost 0

5 mars Printemps Hommage à Jean JOUBERT

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

5 mars Printemps Hommage à Jean JOUBERT  5 mars Printemps Hommage à Jean JOUBERT
5 mars Printemps Hommage à Jean JOUBERT

Samedi 5 mars – 16h-

auditorium de la Médiathèque centrale Emile Zola-

218, boulevard de l'aéroport international Montpellier

Hommage à Jean JOUBERT

En ouverture du printemps des poètes à Montpellier, le monde de la poésie rend hommage à l’un de ses pairs, disparu le 28 novembre 2015 :

Jean JOUBERT, poète, écrivain, professeur de littérature américaine à l’Université Paul Valéry, Président de la Maison de la Poésie Montpellier Languedoc depuis sa fondation en 2005.

Cette Maison portera bientôt le nom « Maison de la poésie Jean Joubert »

(décision du C.M. du 28 janvier 2016)

Accompagnement musical par Héloïse DAUTRY, harpe.

Né à Châlette-sur-Loing (Loiret) en 1928, Jean JOUBERT fait ses études au collège de Montargis puis à la Sorbonne. Après de longs séjours en Angleterres, en Allemagne et aux Etats-Unis, il s’installe à Montpellier où il découvre un Sud méditerranéen qui marquera profondément ses œuvres. Il a longtemps enseigné la littérature anglo-américaine dans cette ville, à l’Université Paul Valéry.

Son quatrième roman L’Homme de Sable (Grasset) a obtenu le prix Renaudot en 1975, Les Poèmes : 1955-1975 (Grasset) le Prix de l’Académie Mallarmé en 1978, Les enfants de Noé le prix de la Fondation de France en 1988 pour le meilleur roman pour la jeunesse, L’alphabet des ombres (Editions Bruno Doucey) le Prix Kowalsky 2014.

Beauté sauvage,

le renard parle de désir, d’ivresse, de pillage.

Il se lèche les lèvres sous la lune,

Il hume l’odeur du sang.

Renard brigand,

renard secrètement complice de l’orage,

tu assièges mes nuits

tu occupes les indicibles territoires du songe.

Sous la fougère, sous le poil,

au fond du gouffre,

vit une bête blanche.

Souvent jadis j’ai prié :

« Qu’elle me lèche,

qu’elle me morde ,

Qu’elle me dévore ! »

L’hiver venu, elle dort,

Les paupières scellées de neige.

Jean JOUBERT, L’alphabet des ombres, Editions Bruno Doucey, 2014

calendrier du Printemps

calendrier du Printemps

Partager cet article

Repost 0

20 mars Printemps Cartes postales en poésie

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Apollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre CaizerguesApollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre CaizerguesApollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre Caizergues
Apollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre CaizerguesApollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre CaizerguesApollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre Caizergues

Apollinaire, Cendrars, Cocteau, Henry Jean-Marie Levet, Pierre Caizergues

Dimanche 20 mars 2016 - 16h

Médiathèque Centrale Emile Zola

218, boulevard de l'aéroport international

Clôture du Printemps des Poètes à Montpellier

"Le Grand Vingtième"

Cartes postales en poésie

Matinée poétique avec Pierre Caizergues

Tous les poètes envoient des lettres à ceux qui les lisent ou les écoutent: lettres de colère, de refus, de tendresse ou d’amour. Nombre d’entre eux ont écrit de véritables poèmes en forme de lettres, ou, assez souvent, de cartes postales.

A titre d'illustration, Pierre Caizergues a choisi dans la poésie du XXe siècle des cartes postales de ses poètes d'élection : Guillaume Apollinaire, poète européen, Blaise Cendrars le bourlingueur qui a magnifiquement illustré le genre dans ses Feuilles de route, Cocteau dont les cartes postales partent de Sète, Marseille, Aix-en-Provence...Henry J.M. Levet , mort jeune, dont la production, rare, dans tous les sens du terme, compte des cartes postales parmi les plus remarquables.

Ces poètes seront lus par les comédiens Isabelle Fürst et Mathieu Zabé.

Une "pêche miraculeuse" dans le Grand Vingtième

Pierre Caizergues lit lui-même plusieurs cartes postales tirées de ses propres livres : Mires et moires (New York), Allumettes (Maroc), Un été tahitien, et, pour finir, de larges extraits de son dernier livre : Lettre à Judas suivie de trente-quatre cartes postales de terres saintes.

Cette matinée poétique sous le signe de la carte postale entend ainsi rendre hommage à un genre peu connu mais propre à toucher un large public.

Lettre à Judas suivie de trente-quatre cartes postales de terres saintes, de Pierre Caizergues, avec des illustrations du peintre Christian Gardair.

parution mars 2016 chez Fata Morgana

Pierre Caizergues est professeur émérite de langue et littérature françaises à l’Université Paul-Valéry/ Montpellier III.

Spécialiste d’Apollinaire et de Cocteau, il a également publié de nombreux articles sur Blaise Cendrars, Jean-Claude Renard, Robert Desnos, Jean Tortel, entre autres.

Il est l’auteur de dix livres de poèmes, notamment Encrages, Mires et moires, Allumettes, Passage d’un ange, Un été tahitien, Le pire arrive même aux dieux, Carnet d’Egypte, Coïncidences, Eloge de l’éclair, Lettre à Judas suivie de trente cartes postales de terres saintes.

Michel Décaudin écrit de sa poésie qu’”elle a la transparence de l’eau claire, insaisissable” et que “son évidence est un piège tendu au lecteur aussi bien qu’à lui-même.”

Isabelle Fürst, Mathieu ZabéIsabelle Fürst, Mathieu Zabé

Isabelle Fürst, Mathieu Zabé

Partager cet article

Repost 0

18 mars Printemps: Le travail de la baleine

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

César Stroscio (bandonéon), Jean Portante (poète)

César Stroscio (bandonéon), Jean Portante (poète)

Vendredi 18 mars – 19h

Maison de la poésie

Moulin de l'Evêque

78 avenue du Pirée - Montpellier

LE TRAVAIL DE LA BALEINE

Récital poésie et musique Jean PORTANTE – César Stroscio

Le travail de la baleine est le titre de l’anthologie qui reprend l’ensemble des écrits poétiques de Jean PORTANTE aux Editions PHI : 638 pages, une vingtaine de recueils (1983- 2013)

La baleine est pour Jean Portante, fils d’émigrés italiens au Luxembourg, un animal emblématique de l’émigration, évoqué dans son roman Mrs Haroy ou la baleine (Editions PHI, 1993; prix Servais ; réédité chez Le castor astral en 1999).

Mais elle est aussi le symbole de son écriture.

Tout comme la baleine a l’aspect d’un poisson, mais est un mammifère, donc un
animal terrestre, ce dont témoigne son poumon, la langue de Jean Portante a la forme du français dans lequel « poumonne » cependant la langue du pays quitté, l’italien.
Tous ses livres parlent de cela.

Le travail de la baleine est un récital : la voix de Jean Portante est accompagnée par le bandonéon du grand César Stroscio, ex-membre du mythique Quartetro Cedron : les sons du bandonéon se glissent sous les mots, et les mots sous les sons.

Consultez le Dossier de presse du Printemps dans les pages ci-contre

18 mars Printemps: Le travail de la baleine
18 mars Printemps: Le travail de la baleine

Partager cet article

Repost 0

17 mars Printemps: Levant, Diti RONEN

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Diti Ronen, Quand la maison revient, Michel Eckhard ElialDiti Ronen, Quand la maison revient, Michel Eckhard ElialDiti Ronen, Quand la maison revient, Michel Eckhard Elial

Diti Ronen, Quand la maison revient, Michel Eckhard Elial

Jeudi 17 mars- 19h

Maison de la Poésie

Moulin de l'Evêque

78 avenue du Pirée - Montpellier

Levant: Rencontre avec Diti RONEN et Michel Eckhard Elial

Michel Eckhard Elial, poète, traducteur, directeur de la revue et des éditions LEVANT, présente la poète israélienne Diti RONEN. Ensemble, ils proposent une lecture bilingue hébreu/français d'extraits de recueils de poèmes de Diti Ronen issus de La Maison fissurée de poèmes (Editions Gros Textes), et Quand la maison revient (Levant, mars 2016) - traduits par Michel Eckhard Elial.

Avec Timothy LEBRAUD à la contrebasse.

Michel Eckhard Elial revient sur l'histoire de la revue et des éditions Levant.

(Consultez le dossier de presse du Printemps dans les pages ci-contre)

Le but est le chemin. Je compte

à présent les passages

d’hier à demain,

je m’attarde sur les passerelles

du temps. Le corps tendre et tendu

a même mesure, échappé

d’amours anciens,

Indifférent à de nouveaux.

Mes yeux sont rivés

à l’eau de la rivière –

Ils renoncent à comprendre,

et mesurent

la distance

entre chaque goutte d’eau.

Diti RONEN

Partager cet article

Repost 0

15 mars Printemps Esther TELLERMANN

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

15 mars Printemps Esther TELLERMANN15 mars Printemps Esther TELLERMANN

Mardi 15 mars -19h

Maison de la Poésie

Moulin de l'Evêque

78, avenue du Pirée - Montpellier

Rencontre avec Esther TELLERMANN

autour de son livre Sous votre nom (Flammarion, 2015)

Présentation: Claude ADELEN

Lectures: Esther TELLERMANN

Harpe: Héloïse DAUTRY

Esther Tellermann est née à Paris en 1947. Normalienne et agrégée de Lettres, elle a enseigné dans le secondaire. Elle est actuellement psychanalyste.
Publie son premier texte (sur l’Innommable de Samuel Beckett) dans la revue Action poétique en 1976.
Premier livre de poésie paru aux éditions Flammarion en 1986.
Participe à de nombreuses revues dont Banana Split, Ralentir travaux, Moriturus, Le Nouveau Recueil, L’Etrangère, Rehauts, Le Préau des collines.
Son premier livre obtient un prix de l’Académie française.

Publie régulièrement ses livres de poésie chez Flammarion, livres qu’elle veut organisés en de longues suites narratives. Autant d’étapes et de séquences de la vie d’un peuple mythique faisant l’expérience du surgissement de la parole, aux confins d’un monde traversé de guerres et de réconciliations, bardé d’ocres et de rouge.
L’énonciation elliptique et ample, anime un rythme conduit par une vérité intérieure à chaque fois dérobée, à chaque fois plus urgente.
Elle publie en 2004 aux éditions Farrago/Léo Scheer un récit en prose "Une odeur humaine", manière de récitatif lancinant, interrogeant la limite où la passion devient haine, où l’Histoire rejoint la subjectivité.

Le travail d’Esther Tellermann figure dans de nombreuses anthologies dont l’Anthologie de la poésie française (du XVIIIe au XXes) parue en 2000 dans la Bibliothèque de la Pléiade.
Le numéro 39 de la revue NU (e) lui rend hommage.

Principaux titres :

– « Première apparition avec épaisseur» (1986, réédition 2007)
– « Trois plans inhumains » (1989)
– « Distance de fuite » (1993)
– « Pangéia » (1996)
– « Guerre extrême » (1999)
– « Encre plus rouge » (2003)
– « Une odeur humaine» (2004)
– « Terre exacte » (2007)

- Contre l'épisode (2011)

– « Sous votre nom » (2015)

(MEL)

Sous votre nom poursuit la quête obstinée d’Esther Tellermann, ce rêve d’une indicible épopée qui traverse les époques et les contrées, dans l’aura d’un temps arrêté. Ce nouvel ensemble – dont les trois mouvements, malgré leurs différents rythmes, composent un seul et même chant – reprend bien sûr les grands thèmes de son œuvre, sa méditation notamment sur l’érosion des règnes et le pouvoir de la nomination. Une inflexion plus intimiste la caractérise aussi depuis Contre l’épisode, dans la distance que supposent l’extrême tension de ses vers, la lumière et la rigueur de sa prosodie. Ni d’ailleurs ni d’ici (comme on a pu l’écrire dans Europe) la poésie d’Esther Tellermann s’ancre ainsi – et s’inscrit – dans une terre insituable dont le langage n’est pas la métaphore, mais l’écho le plus insistant. » Ce dont Sous votre nom apporte, une fois encore, la troublante démonstration.

Jour 5

dépose le rouge

dans les basaltes

bâtit

devant nous

pour toujours

un tourbillon

braises de

silence sous

forme

de monde

j'ai cherché

ton nom

Esther Tellermann, Sous votre nom, Flammarion 2015



Partager cet article

Repost 0

14 mars Printemps Caractères, le grand vingtième

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Bruno Durocher, Nicole GdaliaBruno Durocher, Nicole Gdalia

Bruno Durocher, Nicole Gdalia

Lundi 14 mars- 19h

Maison de la Poésie

Moulin de l'Evêque

78 avenue du Pirée - Montpellier

Bienvenue aux Editions Caractères

Un voyage dans "Le grand vingtième", avec Nicole Gdalia et le comédien Patrick Hannais.

Les Editions Caractères ont fêté leurs 65 ans en 2014!

Nicole Gdalia, éditrice, poète, évoque la figure du fondateur, Bruno Durocher, décédé en 1996, et des compagnons de route de la revue devenue maison d'édition: Jean Follain, Jean Tardieu, André Frénaud, Jean Laugier , Claude Couffon, Robert Sabatier, Alain Bosquet, Charles le Quintrec...

Nicole Gdalia nous fait part des évolutions de la maison d'édition et présente les poètes contemporains du monde entier édités par Caractères.

Lectures par le comédien Patrick Hannais: Jean Cassou, Jean Follain, Léon-Paul Farguess, Angèle Vannier, Pierre-Albert Birot, Pierre-Jean Jouve, Frenando Pessoa, Yu Jian, Odysseus Elytis...

Nicole Gdalia a publié dix recueils de poèmes dont elle lit des extraits.

Avec la complicité de Timothy Lebraud à la contrebasse.

Consultez le Dossier de presse dans les pages ci-contre.

Partager cet article

Repost 0

11 mars Printemps L'arachnoïde

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Olivier Cabière, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Thomas ChapelonOlivier Cabière, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Thomas Chapelon
Olivier Cabière, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Thomas ChapelonOlivier Cabière, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Thomas Chapelon

Olivier Cabière, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Thomas Chapelon

Vendredi 11 mars - 19h

Maison de la poésie- Moulin de l'Evêque

78 avenue du Pirée - Montpellier

Bienvenue aux Editions L'arachnoïde

Olivier Cabière a fondé en 2003 au Vigan dans le Gard les éditions L'arachnoïde, en collaboration avec François Di Dio, éditeur au Soleil Noir d'auteurs de la deuxième vague surréaliste.

L'arachnoïde édite des livres de poésie devenus introuvables, et les premiers recueils de jeunes auteurs.

Olivier Cabière lit des textes de Stanislas Rodansky, (dont il a édité notamment Rêves), et présente trois jeunes auteurs vivant à Montpellier: Thomas CHAPELON, Guillonne BALAGUER, Stéphane PAGE, qui donnent lecture de leurs oeuvres publiées à l'Arachnoïde.

Les passants ont la tumeur du jour

Et ne détermine

La nuit allongé dans le jardin des plantes

La paix et le risque des enfermés de

Ne supposer

De ne prêter

De ne se disperse

Si ce n'est en cendre de sa combustion tragique

Thomas Chapelon, La pluie enrichie, L'arachnoïde

Partager cet article

Repost 0

9 mars Printemps Saleh DIAB poésie syrienne

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Saleh Diab, Saleh Diab et Jean Joubert, Marc Pastor
Saleh Diab, Saleh Diab et Jean Joubert, Marc PastorSaleh Diab, Saleh Diab et Jean Joubert, Marc PastorSaleh Diab, Saleh Diab et Jean Joubert, Marc Pastor

Saleh Diab, Saleh Diab et Jean Joubert, Marc Pastor

Mercredi 9 mars - 19h

Maison de la poésie- Moulin de l'Evêque-

78 avenue du Pirée - Montpellier

Rencontre avec Saleh DIAB 

Présentation de  l'anthologie de la nouvelle poésie syrienne que Saleh DIAB a partiellement publiée dans la renue Nunc/Corlevour et qui paraît prochainement aux éditions Le Castor Astral. 

Présentation et lecture du livre de Saleh DIAB, "J'ai visité ma vie", poèmes traduits de l'arabe par Annie Salager et l'auteur, éditions Le Taillis Pré -2013, ouvrage unanimement salué par la critique et les poètes.   (édition bilingue)

Lectures bilingues arabe-français par Saleh DIAB et le comédien Marc PASTOR

 

Consultez le Dossier de presse dans les pages ci-contre

Chambre

Le fauteuil consumé dans le métal

la bibliothèque qui ne signifie rien

pour les livres

le long de sa vitre

la fenêtre absorbée

par le voilage

 

dehors là où une femme

pleut sur le pavé

là où un homme tombe

dans l'eau de la solitude

sans faire de ronds

 

Saleh DIAB, J'ai visité ma vie

Partager cet article

Repost 0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>