VROUZ le 28 novembre Jacques Bonnaffé / Valérie Rouzeau

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

VROUZ le 28 novembre Jacques Bonnaffé / Valérie RouzeauVROUZ le 28 novembre Jacques Bonnaffé / Valérie Rouzeau

VROUZ, de Valérie ROUZEAU

Lecture performance par Valérie Rouzeau et Jacques Bonnaffé

 

Lundi 28 novembre – 19h

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque

78, avenue du Pirée - Montpellier

 

Duo de choc, lundi 28 novembre ! C’est un drôle de jour pour venir mais ne le ratez pas, surtout ! 

NE RATEZ PAS Vrouz et Paffff… Rouzeau Bonnaff’ dans les poésies. Jacques et Valérie, oui !

 

Il ne sait pas s’il faut la dire ou chanter, elle ne sait pas s’il faut rire ou pleurer, 

elle voudrait murmurer et garder les secrets qu’elle écrit tout haut, il est son porte-voix nuancé  

Avec elle, attention, pas de déclamation, pas de récitation. Il retient son souffle, il pourrait exploser !

On vient de lui décerner le prix Raymond Devos de la langue française, alors vous parlez s’il ballonne !

Elle a eu le grand prix Apollinaire pour Vrouz …..et vous voudriez rater ça un lundi ? Jamais !!

 

Jacques Bonnaffé

Valérie Rouzeau, Prix Apollinaire 2012, et Jacques Bonnaffé, Prix Raymond Devos de la langue française, échangent et jouent sur les poésies de Valérie.

 

VROUZ, de Valérie ROUZEAU

C’est Jacques Bonnaffé, le complice, qui a trouvé le titre de ce  livre de Valérie Rouzeau: une audacieuse réduction prénom-nom, en une onomatopée évocatoire : V…ROUZ…

 

Pourquoi on aime retrouver les poésies de Rouzeau Valérie ? Parce qu’elles reviennent comme des airs bien roulés, et parce qu’on n’avait pas fini d’y trouver cet inattendu qu’on attendait, parce qu’une phrase s’était accrochée à la mémoire, laquelle déjà ? 

Parce que c’est embarrassant les sentiments, mais qu’on n’a jamais su s’en débarrasser, alors continuons.

Parce qu’elle nous invite à faire notre jeu de construction des sons qu’elle met en magicienne,

parce qu’en lui se réveille l’âme des chanteurs et des vieux poètes, parce qu’elle parle du monde maintenant, jamais du monde ancien soupirant, elle voit le monde elle le parle, il y a des camions, il y a des arbres, il a des supermarchés et des tongs en soldes, des mangues du Brésil, il y a des enfants des petits Lus authentiques, des cartes bleues méchantes, des voisins des araignées des trottoirs et des docteurs, la vie juste parce qu’avec elle c’est en train de s’écrire, on sent l’instant même où la belle idée s’est invitée, et puis ça crépite d’intelligence, intelligence avec l’amicette connexion des mots, comme un serpent domino, elle est très forte mais reste fragile, Rouzeau. 

Valérie de l’éclosion, comme on dirait de la première pluie.

 

 

Jacques Bonnaffé

 

Je vous visiterai mes amis inconnus
Au sol dans les nuages je ne vous louperai
Aussi sûr que j'aurai dans ma chaussure
Un petit gravillon pour m'agacer le pied
Une plume collée sous ma semelle aussi
Un mégot antérieur long rêve de fumée
Ou crottin de cheval herbe mal essuyée
Réminiscence douce et dormante douce
Mes amis inconnus je m'assoirai dessus
Votre seul coeur de marbre
Dur et pur comme un chêne
J'ôterai de mon soulier le caillou blanc
Et je vous chanterai une chanson mince
A l'intérieur tout noir de moi.
 
Valérie Rouzeau, VROUZ, La table ronde
 

 

Valérie Rouzeau, née en 1967, vit en poésie : elle en écrit, elle en traduit ("La Traversée" de Sylvia Plath, Poésie/Gallimard, 1999 ; Le Printemps et le reste" et "Je voudrais écrire un poème" de Williams Carlos Williams ou encore Emily Dickinson), elle en lit à voix haute (lectures publiques), elle l'anime (ateliers d'écriture en milieu scolaire). Elle est l’ auteur de quelques 25 recueils de poésie et de plusieurs chansons pour le groupe Indochine.

Son ouvrage  Pas revoir (le Dé Bleu, 1999) a obtenu un grand succès. (4 rééditions)

Vrouz (La table ronde) a reçu le Prix Apollinaire 2012.

Jacques BONNAFFE

Comédien à part entière, engagé par ses choix au cinéma et sa relation aux auteurs, dans ses rencontres avec les metteurs en scène. Il étend sa pratique artistique à des domaines multiples, lectures ou concerts parlés, mise en scène, enregistrements mémorables, performances ou banquets littéraires, accordant à la poésie vivante, qu’elle soit dialectale ou savante, une part privilégiée.

Il s’est singularisé dans la poésie oratoire, avec entre autres performances durables L’Oral et Hardi, sur des textes de Jean-Pierre Verheggen, performance que l’on a pu voir à Montpellier en 2010 (codiffusion Maison de la Poésie/ Théâtre Jean Vilar, Molière 2010).

 Depuis septembre 2015, il anime et produit pour France Culture Jacques Bonnaffé lit la poésie, émission quotidienne de 4 minutes.

 

Outre pour L’Oral et Hardi, Jacques Bonnaffé a été invité par la Maison de la Poésie lors de la Comédie du livre 2006 pour une mise en voix et en espace des Sermons joyeux de Jean–Pierre Siméon.

Une rencontre avec le public, animée par Hervé Pons, auteur de « Jacques Bonnaffé, pitre et poète » (éditions de l’Attribut), a eu lieu à cette occasion.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article