Bienvenue aux éditions Jorn le 2 décembre

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Jean-Claude Forêt, Jean-Paul CreissacJean-Claude Forêt, Jean-Paul Creissac

Jean-Claude Forêt, Jean-Paul Creissac

Bienvenue aux Editions JORN

Vendredi 2 décembre – 19h

Maison de la Poésie Jean Joubert

Moulin de l’Evêque- 78, avenue du Pirée- Montpellier

 

Présentation : Jean-Claude Forêt et Jean-Paul Creissac, cofondateurs des éditions JORN

Lectures en occitan et en français par les poètes Sylvan Chabaud, Jean-Marie Petit, Jean-Frédéric Brun

Jean-Claude Forêt est universitaire, écrivain et poète occitan.

Jean-Paul Creissac est poète occitan et vigneron.

 

Les éditions Jorn publient depuis 1981 les œuvres poétiques occitanes les plus contemporaines aussi bien que les grands poètes du XXème siècle, en privilégiant les éditions bilingues,.

Association fondée en 1981, JORN a commencé par publier, jusqu'en 1986, une revue dont les quatorze numéros ont largement contribué au renouveau de l’écriture littéraire en occitan.

Parallèlement, et jusqu'en 1995, JORN, en co-édition avec les éditions Fédérop, va éditer une première série d'ouvrages aujourd'hui épuisés (Philippe Gardy, Bernard Manciet, Max Rouquette).

En 1995, Jean-Paul Creissac, Jean-Claude Forêt et Philippe Gardy, prennent la suite de Roselyne Roche à la direction des éditions JORN. Dans la continuité du projet initial, ils vont continuer à publier les plus grands noms de la poésie occitane  contemporaine : Max Rouquette, Robert Lafont, Bernard Manciet, Bernard Lesfargues, tout en défrichant de nouveaux territoires et en diffusant de nouvelles voix et des talents méconnus.

 

 

Mise à l'écart du système littéraire français, la littérature occitane d'aujourd'hui est pourtant l'une des plus riches parmi les littératures en langues minorées d'Europe. Héritiers d'une longue et prestigieuse tradition qui remonte au Moyen-Âge des troubadours en passant par le prix Nobel de Frédéric Mistral, certains poètes occitans ont marqué la création littéraire du XXe siècle par des œuvres fortes et originales, à la portée universelle.

Aujourd'hui, une nouvelle génération d'écrivains continue à témoigner du dynamisme et de la modernité d'une poésie qui n'a cessé de se renouveler depuis bientôt mille ans, sans solution de continuité, ouverte aux influences les plus récentes comme à l'exemple des grands anciens.

Jorn a fait le choix de l'édition bilingue, du panoccitanisme et d'une présentation sobrement élégante. Ses éditions essaient de rendre compte de la richesse et de la diversité poétique d'un immense ensemble linguistique qui s'étend des Alpes italiennes (Claudio Salvagno) ou maritimes (Joan-Luc Sauvaigo) jusqu'à l'océan (Bernard Manciet, Alain Viaut). Jorn tente ainsi d'affirmer, au-delà des modes et dans un souci d'exigence, l'universalité novatrice de l'écriture occitane contemporaine.

 

Jean-Claude Forêt

 

 

 

Sylvan Chabaud

 Né dans le Var, Sylvan Chabaud tient l’occitan à la fois d’un père militant occitaniste et d’un grand-père dont c’était la langue maternelle. Mais c’est au contact de la musique de Massilia Sound System qu’il adopte cette langue comme une des siennes.
Connu sous le pseudo de « Chab » au sein de Mauresca Fracàs Dub ou Mauresca (un groupe de ragga en occitan dont il est le chanteur et le compositeur), Sylvan Chabaud écrit, depuis les années de lycée, des poèmes et des chansons.
Ses études d’occitan à l’Université Paul Valéry de Montpellier ont été couronnées par une thèse sur le poète provençal Bellaud de la Bellaudière (XVIe siècle).
Il se consacre pleinement à la musique, à l’écriture et à la création actuelle en langue d’oc. Son premier recueil de poésie, Leis illas infinidas / Les îles infinies, a été publié en 2012 aux éditions Jorn

 

Joan-Frederic BRUN

Peter Mepa / 20 février 2015 / Auteurs, XX℮-XXI℮ siècles Guilhem Ader, Ismaël Girard, Max Rouquette, Joan Ganhaire, les lettres occitanes comptent quelques écrivains qui ont mené double vie, une en médecine, l’autre en littérature. Le diabétologue Jean-Frederic Brun, né à Montpellier en 1956, est de ceux-là. Il y ajoute une passion pour la spéléologie et la bouvine. Toutes ces activités répondent pourtant à une quête unique, l’exploration des territoires fantasmés de l’enfance. L’amour physique, viscéral, qu’il éprouve pour son pays d’avens, de serres et d’étangs, s’accomplit dans des pratiques sociales ou sportives ritualisées, mais aussi par la descente dans la double verticalité de l’histoire (ou de la légende) et de la langue. De là sa fascination pour les dires des anciens, les traditions camarguaises du « buòu » et du cheval, les récits de fées, le mystère des lieux et de leurs noms, le mot précis et riche, porteur d’usage et de mémoire. La langue sert de médiatrice entre ces traditions culturelles et une nature solaire décrite avec sensualité et même érotisme.

Joan-Frederic Brun inscrit son écriture dans la continuité d’une littérature montpelliéraine qui va de Raimbaud d’Orange à Max Rouquette en passant par le Petit Thalamus, Isaac Despuèg, Francés Deleuse e l’abbé Fabre.    

Joan-Maria PETIT

Ludivine Fabre / 20 février 2015 / Auteurs, XX℮-XXI℮ siècles Jean-Marie Petit est né dans une famille de vignerons près de Capestang, en plein cœur du vignoble languedocien. Vignerons atypiques, comme il le souligne lui-même, puisque son père était pilote dans l’Aéropostale avant de revenir à la terre et qu’il se plaisait à faire pousser des fleurs au milieu de ses vignes. Cette famille radicale socialiste ne le prédisposait pas à la découverte de la foi chrétienne, qui devait marquer toute sa vie depuis son adolescence. Il entre à l’École Normale en 1959, puis à la Faculté des Lettres de Montpellier : licence de Lettres Modernes, puis deux ans d’enseignement dans le secondaire, après quoi il retourne à la Faculté, comme enseignant cette fois. Son domaine de prédilection est l’oralité occitane sous toutes ses formes : dialectologie (il participe à l’Atlas Linguistique du Languedoc), ethnographie (il enquête dans le Biterrois), lexicographie. Il s’intéresse notamment aux formes brèves comme les proverbes et dictons, qui ne sont pas sans rapport avec sa propre poésie.

 

 

 

Sylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie PetitSylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie PetitSylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie Petit

Sylvan Chabaud, Jean-Frédéric Brun, Jean-Marie Petit

Commenter cet article