11 mars Printemps: L'arachnoïde

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Olivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Stanislas RodanskiOlivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Stanislas Rodanski
Olivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Stanislas Rodanski
Olivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Stanislas RodanskiOlivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Stanislas Rodanski

Olivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page, Stanislas Rodanski

Bienvenue aux Editions L’arachnoïde

Vendredi 11 mars – 19h-

Maison de la Poésie

Moulin de l’Evêque – 78 avenue du Pirée –Montpellier

Avec Olivier Cabière, Thomas Chapelon, Guillonne Balaguer, Stéphane Page


Basées au Vigan, les éditions L’arachnoïde ont été fondées en 2003 par Olivier Cabière en collaboration avec François Di Dio, éditeur au Soleil noir d’auteurs de la deuxième vague surréaliste. L’arachnoïde édite des livres de poésie injustement oubliés, devenus introuvables, ou encore inconnus, dont une large part de premiers recueils de jeunes auteurs.

L’arachnoïde est le nom de la membrane qui relie l’encéphale à la colonne vertébrale.

Tisser, relier, transmettre, semblent en effet les objectifs du jeune éditeur Olivier Cabière, né en 1973. Format élégant, mise en page soignée, et la fameuse couverture noire pour les livres de poésie ou de prose poétique…

L’arachnoïde a notamment publié des livres de Claude Pélieu, Stanislas Rodanski, Alain Hobé, Mathieu Messagier, Marie-Françoise Prager, Mathieu Bénézet, Alain Borne, Claude Tarnaud, et une anthologie : X poètes au féminin.

A côté de « la Noire », Trois autres collections ont été créées : la collection « Zakhor » (« Souviens-toi » en hébreu), autour de figures incontestables de la modernité ; la collection « Livre dessiné » proche de la Bande Dessinée ; et la collection « Dialogue » consacrée aux livres de dialogue entre un peintre et un poète.

L’arachnoïde publie au rythme de trois livres par an, avec un tirage moyen de sept cents exemplaires – généralement les vingt premiers sont numérotés et contiennent l’oeuvre d’un artiste.

Le 11 mars à la maison de la poésie, Olivier Cabière présente sa maison d’édition et lit des textes de Stanislas RODANSKI.

Lectures par trois des jeunes auteurs publiés par l’Arachnoïde, qui figurent parmi les plus prometteurs de leur génération (Thomas Chapelon publie également chez Flammarion) :

Thomas CHAPELON, Guillonne BALAGUER, Stéphane PAGE.

Thomas Chapelon né le 24/10/73 à Saint-Etienne, réside à Montpellier.

De nombreuses collaborations depuis 1998 avec des peintres, chorégraphe, philosophes pour diverses expositions, manifestations, etc. Lectures fréquentes de ses recueils depuis quatre ans (Limoges, Paris, Florac, Lodève, Montpellier…).

Presque printemps, Le dernier télégramme, 2012.

La pluie enrichie, L’arachnoïde, 2013.

La demeure du vaste, Dernier Télégramme, 2014.

Pulsation lente, L’arachnoïde, 2014.

Désertion des capitales, L’arachnoïde, 2014.

Guérissable, Flammarion, 2015

Guillonne Balaguer, née en 1970, vit et travaille à Montpellier. Diplômée en philosophie, littérature et linguistique.

Industries de diptères est son premier recueil de poésie publié. Elle a édité un texte intitulé Histologie de l’artiste en corps penché dans la revue Coltard (2008), et dirigé une adaptation sonore de son texte Liminaire [échos] réalisée par plusieurs formations musicales et interprétée lors d'un concert-performance à Montpellier (Baloard, 2010). Elle effectue parallèlement à ses projets d’écriture des performances de poésie sonore et des pièces de musique électro-acoustique sous le nom d’1demidegt2.

http://1demidegt2.bandcamp.com/

Stéphane Page

Né en 1971.

Recueil à trois voix aux éditions L’Harmattan (2009), puis au sein d’une anthologie aux éd. Le temps des Cerises (2010).

Forge aux éditions L'arachnoïde (2015).

Revues de poésie Remue.net, Les Cahiers de Benjy, Ouste/Dernier Télégramme, Arachné, Contre-allées, Décharge, Souffles, Le chant des villes.

Mention spéciale du jury prix Voronca 2010.

Extrait

Thomas CHAPELON

La pluie enrichie

Les passants ont la tumeur du jour

Et ne détermine

La nuit allongé dans le jardin des plantes

La paix et le risque des enfermés de

Ne supposer

De ne prêter

De ne se disperse

Si ce n’est en cendre de sa combustion tragique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article