Patrick LAUPIN le 1er décembre

Publié le par Maison de la Poésie Languedoc Roussillon

Patrick LAUPIN le 1er décembre
Patrick LAUPIN le 1er décembrePatrick LAUPIN le 1er décembre

Mardi 1er décembre - 19h

Maison de la Poésie

Moulin de l'Evêque - 78 avenue du Pirée

Montpellier

Rencontre avec Patrick LAUPIN

autour du livre

LE DERNIER AVENIR

poèmes

( éditions La rumeur libre, septembre 2015)

dernière sélection Prix KOWALSKI

"C'est un livre miracle." "Patrick LAUPIN compte parmi les plus grands poètes de notre temps. Son livre est unique. La vie aussi." Thierry Renard.

Ce sera la première lecture publique de ces textes.

Oeuvre du "temps de la cueillaison", ce livre de poèmes concentre toute la force de l'écriture de Patrick Laupin, dont la nature même, bien au-delà des genres, est la poésie.

Note de lecture d'Annie ESTEVES dans la revue en ligne Recours au Poème: www.recoursaupoeme.fr

J’aimerais donner un nom à ces portes sans contact. A ces beautés de visage à demi-falaise. Tonnerre étonné farouche de respirer. Mourrai-je lucide à demi enseveli dans la pénombre lascive des yeux qui aiment Complice et amant. Irai-je me noyer dans la continuité rêvée des langues Maritime Auroral Me jeter dans la mer lavée de la souillure du crime Me perdre dans la liesse chaude des ravins noirs où tout s’efface Aurai-je le courage de divulguer le mal mot de ma vie La pauvreté de l’Ami parti Comment trouver un lieu, un abri, comment lutter contre l’indifférence et la dérision ? Seuls les mots donnés en ami, en frère, sont précieux Écrire c’est tendre une main miroir d’âme L’essentiel n’arrête pas de se perdre Mais rien de ce qui est vrai ne peut jamais disparaître. Patrick LAUPIN (extrait du livre Le Dernier Avenir)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

odle FRANKUM 30/11/2015 15:31

Bonjour ,
Votre ouvrage , tel qu'il est présenté me donne vraiment envie de le lire de façon plus approfondie !
Aussi j'essayerai de me rendre à la maison de la poésie demain 1/12/2015 à 19h .

Bien cordialement
Odile FRANKUM